introduction

Ce sont des lésions vésicales, le plus souvent sous la forme de polypes, favorisées par le tabagisme et l’exposition à des facteurs professionnels ou environnementaux.

épidémiologie

L’âge moyen au diagnostic est de 70 ans. 70% des tumeurs vésicales sont superficielles, n’atteignant pas les couches musculaires de la paroi vésicale.

Symptômes

L’hématurie (présence de sang dans les urines) est le signe le plus fréquent. Mais lorsque ce dernier est absent, le diagnostic peut être évoqué par des signes d’irritation de la vessie (fréquente envie d’uriner, infections à répétition…).

diagnostic

Il est parfois suspecté lors d’une échographie, mais il doit être confirmé par une fibroscopie vésicale. Il s’agit d’un examen permettant d’examiner la cavité vésicale. Cet examen indolore se fait sous anesthésielocale au cours de la consultation.
Cependant, c’est l’analyse définitive du polype après son ablation, qui confirmera le diagnostic et le pronostic.

traitements

Le traitement repose sur l’ablation du polype par les voies naturelles sous anesthésielocorégionale ou générale (Résection endoscopique). L’analyse du polype permet alors de déterminer la profondeur de l’infiltration de la paroi vésicale ainsi que le degré d’agressivité.

Pour les tumeurs superficielles (TVNIM),la résection endoscopique constitue l’essentiel du traitement. En fonction de l’agressivité de la tumeur, il pourra être proposer soit une simple surveillance par fibroscopie, soit des instillations complémentaires d’agents pharmacologiques dans la vessie de façon hebdomadaires pendant 6 à 8 semaines parBCG ou Mitomycine C.Ces instillations endovésicales sont destinées à diminuer le risque de récidive ou de progression vers une forme infiltrant le muscle de la vessie.

Pour les tumeurs profondes (TVIM), en fonction des résultats dubilan d’extension (Scanner thoraco-abdominopelvien, scintigraphie osseuse).
Si la tumeur est strictement localisée à la vessie, le traitement consistera en l’ablation chirurgicale de la vessie (Cystectomie totale) associé à une dérivation urinairenon continente de type Bricker ou à une reconstruction vésicale à l’aide d’intestin (remplacement de vessie).
En cas de localisation secondaire le traitement reposera sur la chimiothérapie.

surveillance

La surveillance passe par une fibroscopie systématique et régulière, couplée à une cytologie urinaire (Recherche dans les urines de cellules anormales).
Toute récidive devra faire l’objet d’une nouvelle résection endoscopique et d’un traitement complémentaire adapté à l’analyse anatomopathologique du nouveau polype.

pronostic

Le pronostic est lié à l’agressivité de la tumeur et à l’importance de l’infiltration de la paroi vésicale.
Pour les tumeurs superficielles (TVNIM), lorsqu’elles sont peu agressives, le pronostic est excellent avec une survie de 90% à 5 ans.
Pour les tumeurs profondes (TVIM), le pronostic est fonction du bilan d’extension réalisé au moment du diagnostic. Si la tumeur est strictement localisée à la vessie, la survie est de 80% à 5 ans après cystectomie.